TEXTE – Que je débite

Biceps.
La peau de la femme de mon père
Couvre mon chef,
Nous devient dos.
D’entre nos jambes accroupies,
poils et sang tournés vers la terre,
Ce qui te semble peser, nous dressera, que nous dresse,
que nous dresse,
que nous dresse.

Chacun de mes doigts,
pour chacune de mes sœurs,
Que vos pieds y poussent et que s’érige
La seule pyramide :
Nos corps superposés.

Dans la barre de recherche, je tape entre guillemets :
“On ne la tient pas en laisse.”
Google pense que je cherche certainement, cette marque de tronçonneuse,
connue pour débiter des chênes
à toute vitesse.

Sauf que ce n’est pas un chêne, sais-tu, que je débite,
que je débite,
que je débite,
que je débite.

EM

Illustration – Amélie Patin

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s